*** Site classé ***

location saisonniere - tourisme Var - station de ski - - vacances Var - location maison Var

Les îles

Les îles de Lérins

Les rues de l'île St marguerite   

                Les îles de Lérins

         Les îles de Lérins, dans un environnement apaisant et préservé, paraissent un détour incontournable lors d'un séjour sur Cannes.

         Loin de l'agitation cannoise et du tumulte de la célèbre croisette, les Iles de Lérins permettent aux touristes stressés de s'arrêter quelques heures dans un environnement surprenant et apaisant, au cadre enchanteur et à la nature préservée. De nombreuses navettes quotidiennes permettent d'effectuer les trajets à partir de Cannes. N'hésitez pas à réserver votre séjour avec Belvilla.fr.img-0466.jpg

        Un cadre idyllique propice au repos, loin de l'effervescence de Cannes

        Formant un archipel sur la côte d'azur de nature sauvage, baignant dans l'eau limpide de la mer Méditerranée, à seulement quelques centaines de mètres en face de Cannes qui l'administre, les sereines îles de Lérins séparent le golfe de Juan du golfe de la Napoule. Composé de 5 îles dont 2 principales (Sainte Marguerite et Saint Honorat), cet archipel juché sur un plateau en basse profondeur (dont les abords font le bonheur des amateurs de plongée sous-marine) et parsemé de rochers effleurant l'eau comme autant d'écueils (à l'origine de la présence de nombreuses épaves antiques dans le golfe de la Napoule), permet d'admirer les paysages sublimes à l'ouest du massif des Maures ainsi que de l'Esterel, et à l'est des Préalpes de Grasse.

                                                                                           

              L'île de Sainte Marguerite

          Exploitée militairement pendant longtemps, Sainte Marguerite garde ainsi les traces de ce passé, notamment une infrastructure routière construite en étoile autour de son monument principal : le fort Royal (accueillant le musée de la mer ainsi qu'une salle d'aquariums). Hormis ce réseau routier et les chemins bitumés du village, le reste de l'île est entièremUn cachot du Fort de l'île St Marguerite avec une petite fenêtre à barreauxent pédestre, les seuls véhicules autorisés étant ceux de l'ONF ou de secours, concourant ainsi au calme et à la préservation de l'île. Un chemin ceinturant Sainte Marguerite permet d'en faire le tour, et de nombreux sentiers appellent à la randonnée, comme l'allée d'Eucalyptus ou le jardin botanique du Grand Jardin...

 Les ruelles tranquille de St MargueriteDe l'île de St Marguerite, la vue sur la baie de CannesLe restaurant de l'île de St Marguerite (ïles de Lérins)

                                                           L'île de Saint HonoratLe monastère de l'île St Honorat

    Une chapelle sur l'île St Honorat                L'île accueille un monastère féodal de toute beauté fondé au 5ème siècle (qui s'avère demeurer le plus ancien en Occident) ainsi que sa communauté religieuse de l'ordre des Cisterciens, qui exploitent et cultivent la vigne depuis des siècles (ils produisent d'ailleurs d'excellents vins et liqueurs). De multiples chapelles éparpillées sur l'île s'offrent d'ailleurs aux amateurs sachant les découvrir.le cloitre actuel vu du fort de St Honorat

La vie de St Honorat

                                         Honorat d'origine gallo-romaine, de famille consulaire, attiré par l’exaltation monarchique de l'Orient chrétien s'embarqua avec son frère Venant (Venantius) à Marseille pour la Grèce Ascétique.
   Honorat revient en Gaule après avoir traversé l'Italie, ils empruntent le vallon de Laghet, ils passent la nuit à Cimiez alors grande cité romaine, puis reprenant la route, ils franchissent le Var au gué de Saint Christophe et continuent vers Saint Jeannet et Vence délaissant Antibes grand port romain à l'époque, puis ils remontent jusqu'à Vallauris pour atteindre enfin le castrum qui de la colline de Pézou domine l'actuelle rade de Cannes. Deux îles s'étendent à quelques brasses du rivage LERO et LERINA.
   Suivant la voie Aurélienne ils s'enfoncent dans les massifs boisés de l'Estérel, puis empruntant une voie étroite qui s'élève vers un col, entre le Pic d'Aurelle et le Pic du Cap Roux « le col de l'Evêque », ils s'y arrêtent pour y passer la nuit. Cherchant un refuge pour la nuit, les deux pèlerins escaladèrent le Pic du Cap Roux, presque au sommet, une excavation du rocher forme une grotte profonde où ils s'installèrent. Le lendemain ils reprirent leur route, abandonnant aveLa porte à l'entrée de l'île St Honoratc regret ce lieu privilégié de parfaite solitude.
   Après une étape à Agay, ils atteignirent Fréjus, grande cité romaine militaire où ils s'arrêtèrent. Ils avaient une lettre de recommandation pour Léonce, le nouvel Evêque qui dirigeait la petite communauté chrétienne.

     Honorat devint célèbre et les foules accouraient de loin pour entendre sa parole, mais cette célébrité lui devint pesante et intolérable. L'appel de la solitude retentissait en lui, il fallut donc partir. La grotte du Cap Poux, avec sa source au pied de la montagne l'appelait. C'est là qu'avec son ami Saint Caprais il tentera de mettre en pratique les enseignements des pères du désert. Honorat descendait parfois auprès des pêcheurs du petit port d'Agay, mais bientôt la grotte reçut la visite des quémandeurs, il fallut donc partir à nouveau entre l'an 400 et 410 à Lérins, bien sur, la petite île qui ressemblait à un désert. Honorat demanda à un pêcheur d'Agay de les conduire sur l'île qui porte aujourd'hui son nom.

     Ce fut la stupeur etLa porte à l'entrée de l'île de St Honorat un concert de lamentations, l'île était petite, inhabitable, sans eau, remplie de serpents, mais rien de tout cela ne fit peur à Honorat, ni à Caprais. Ils se débarrassent des serpents, ils bâtissent deux abris sommaires, ils défrichent et cultivent ce petit désert et fondent là une communauté devenue dès l'an 427 à ce que rapporte Jean Cassien, un « immense monastère ». Honorat en resta le chef jusqu’à ce que les Arlésiens l'appellent au siège épiscopal de leur ville en 426 d'où il allait visiter, au moins une fois par an, sa chère communauté.

 Fauste de Riez qui vécu sur l'île, compare une fois de plus Honorat à Moïse, car étant un bon sourcier « il a fait jaillir du rocher aride une source d'eau douce, non seulement au milieu du désert, mais au milieu de la mer ». Il écrivit en partie la première règle de Lérins appelée la règle des Pères.

 Dévoré du zèle qui fait les apôtres, il se signalait par ses prédictions qu'il continua jusque dans les souffrances de sa dernière maladie. Il mourut en 430 c'est Hilaire, son élève et parent qui lui succéda à la tête de l'évêché arlésien.le fort de l'île St-Honorat

   Les repères chronolgiques font défaut, la seule date qu’il soit possible de fixer sans certitude absolue cependant, est celle de sa mort en janvier 430. On suppose qu'Honorat a pu voir le jour vers 370 à Trèves (à l'époque romaine, cette ville de Rhénanie s'appelait Augusta Trévirorum).
Ses reliques furent transportées d'Arles à Lérins en 1391.

                         La grotte Saint-Honorat fut encore habitée aux siècles suivants par saint Maxime, évêque de Vienne, par saint Hermentaire (Vème siècle), puis plus tard par les ermites Laurent Bonhomme (1640-1680), le frère Clapier des Arcs (vers 1775) et Calvy (vers 1780).
la vue du sommet du fort de l'île de St-Honorat(île de Lérins)
Guy de Maupassant a écrit une nouvelle intitulée « l'ermite » qui se passe dans l'Esterel.
« La vue, de là, est admirable. C'est à droite l'Esterel aux sommets pointus, étrangement découpé, puis la mer démesurée, s'allongeant jusqu'aux côtes lointaines de l'Italie, avec ses caps nombreux et, en face de cannes, les îles de Lérins, vertes et plates, qui semblent flotter et dont la dernière présente vers le large, un haut et vieux château fort à tours crénelées, bâti dans les flots même... ».
   

Le monastère fortifié de l'île St Honorat

  le chemin longeant l'île de St Honorat   Effleurant à peine la mer méditerranée, l'île St-Honorat, se dessine merveilleusement parmi celles dans la baie de Cannes, au large de l'île de St Marguerite. Le sentier côtier, ceinturant l'île offre la beauté des paysages maritimes jusqu'aux côtes italiennes, offre à l'ouest les reliefs cisaillés du massif de l'Esterel. Loin d'un environnement tumultueux, le silence envoûte l'îlephoto prise de St-Honorat,l'ile de St-Marguerite à l'horizon.jpgle cloitre

    Calmement, au rythme incessant, les flots caressent la plage caillouteuse d'un discret coup de lame. Tandis qu'avec le vent de l'est, par journées d'hiver, la vague inlassablement se brise sur les rochers, s'enroule et claque sur les galets.

     Mais le vieux Fort, ostensiblement, vaillant et solitaire se dresse sur la presqu'île de St Honorat

    

     Lors de la visite du monastère fortifié, sensible aux événements qui ont bousculé ces pierres, il convenait d'écouter ses sensations majestueuses, envahissantes; Les pillages des pirates, des sarrazins, le déploiement des armées espagnoles et la vie austère, monastique des moines

Le monastère fortifié

    La porte s'ouvre à 4m au-dessus du chemin, les moines grimpaient à l'échelle, aujourd'hui un escalier de pierres permet l'accès dans l'édifice. En face de l'entrée, le cellier vouté en berceau, la salle communautaire, le cloître supérieure avec les 12 colonnes en marbre et leurs chapiteaux apportés de Gênes en 1467

le cloitre superieur

 Le puit de lumière du cloître

 

 

l' espace pour la prière

l'espace communautaire

le cloitre inferieur72 marches

 

 

    

     

     En 1613, le monastère offre, au cours des reconstructionsUne cellule, 90 pièces, 30cellules, une église, 3 chapelles permettant de recevoir entre 15 et 30 moines

 une chapelle

La chapelle St-Croixla chapelle St Croixl'ouverture d'une cellule

        

     Ces vieilles pierres enlassées de bourre artisanale, l'instabilité des ruines transpiraient l'empreinte des moines. La tour défensive à bord crénelées laissait imaginer les assauts de l'histoire, alors que, des créneaux,  je ne me lasse d'admirer....La vue sur lîle Féréol

 la vue panoramique jusqu'aux cotes italiennes

 

Des creneaux de la tour, la vue sur l'île Féréol

 

Au bout des 72 marches, la tour

La vue panoramique dans le voile de brumele Fort et le cloitre où les moines cisterciens vivent aujourd'huiAu bout des 72 marches, la plateforme à tours crenelées

 

 

 

Les activités à proximité de la villa Martinache

guvouillamoz@nordnet.fr

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×